Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
 

[ retour au sommaire ]

Solidarité avec les manifestants anti-Sita de Terres d'Orbiel
Carcassonne, le 9 avril 2005

La caravane passe...
article paru dans Tam-Tam n°30 du 29 avril 2005

Les courageux St Ponais qui ont pris leur abonnement-manif à l'année l'attendaient depuis longtemps, cette virée en auto à Carcassonne. plus d'un mois sans faire caguer la Sita, ça commençait à faire long. Ça frisait le scandale, aux yeux de certains... L'encroûtement guettait...
A dire vrai, elle avait d'abord été prévue le 2 avril, cette manif motorisée à l'initiative des anti-méga-poubelle-SITA de l'Orbiel. Puis reportée au 9 pour cause de foire aux vins du pays, par égards envers les viticulteurs impliqués dans le combat. On lit là bas, sur les routes, des "NON À LA DÉCHARGE" signé C.R.A.V. (comité régional d'action viticole).
Le collectif de Citoyens, si friand d'actions inédites et originales, s'en était un peu voulu de n'avoir point auparavant usé de cette forme d'action: l'opération escargot en milieu urbain. Pas fatiguant, hyper visible, et sans aucun souci des aléas climatiques... S'agit juste d'être assez nombreux pour forcer la tolérance des autorités policières. C'est ce qu'on appelle "le rapport de force"...
Ils furent plus de 30 à covoiturer, à8h30, place des Tilleuls. Un convoi de véhicules s'ébranla et partit à l'assaut de la montagne noire repeinte en blanc par la tempête de neige. Quatre autres véhicules des Hauts Cantons étaient déjà sur place à Conques sur Orbiel quand le gros de la colonne Saint Ponaise rallia, à dix heures, ce point de rendez vous. Soit 40 héraultais au total: un petit dixième de l'effectif total de la manif.
Réjouissante Ô combien, la vision de 200 voitures pavoisées, décorées, placardées d'affiches!
Les anti-Tanarès se distinguèrent par l'emploi du "blanc d'Espagne" sur la carrosserie de leurs propres véhicules. Les autocollants bien connus égayèrent illico un bon nombre de voitures audoises.
Mais il était l'heure d'envahir Carcassonne. Un renfort de cinquante bagnoles venues du village voisin venait de rejoindre Conques.
Opération escargot? Opération chenille klaxonnante, de plus en plus bruyante à l'approche de l'agglomération carcassonnaise. Les gendarmes et autres bleus attendaient 50 voitures, d'après les renseignements des "RG" mal renseignés. Cinq fois plus d'affluence! Cela fit qu'il n'y avait plus qu'à laisser faire les choses à la seule volonté des manifestants, qui forcèrent moult feux rouges pour ne pas voir la chenille fragmentée en tronçons épars.
Au centre-ville, c'était jour de grand marché. Les voitures sur deux ou trois files formaient encore bouchon sur plus de 500 mètres; un camion poubelle de la SITA manqua de peu d'être englué dans le convoi et se dégagea in extremis, avant que les "bombeurs" (de peinture) aient pu agir.
La tête de la colonne s'immobilisa enfin devant la préfecture. On stationna près d'une heure, jusqu'à midi. Motion, interviews, distribution de tracts.
Le retour à Conques fut l'occasion de deux beaux discours, l'un de M. Fraisse, le président de Terre d'Orbiel, l'autre de Max Brail (maire de Lastours), élu atypique puisqu'anti-capitaliste, aniti-productiviste et partisan de la "démocratie participative". L'avocat de l'association s'amusa à rappeler qu'on s'emploierait ici à utiliser "tous les moyens, même légaux !". Le .vin de l'amitié militante fut offert par un viticulteur du Cabardès. On festoya, des adresses s'échangèrent et de nombreux audois, ravis du renfort et des infos venus de l'Hérault, promirent leur présence à la prochaine manif contre le projet Tanarès.
En Mai, fais ce qu'il te plaît...

[ haut de page ]