Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
 

[ retour au sommaire ]

Rencontre avec le conseil général et opération escargot

On prend les mêmes et on recommence !
article TAM TAM n°2 du 15 mars 2003

La deuxième opération escargot du 10 mars prévue de St Pons à Bédarieux a été un franc succès. La caravane était menée par 2 cyclistes enguirlandés de bouteilles. Le convoi de plusieurs kilomètres a été géré sous l'oeil attentif de la gendarmerie, qui avait pris des dispositions. Dans un même temps, d'autres participants distribuaient des tracts et informaient la population très à l'écoute.
C'est une cinquantaine de personnes qui vint s'additionner à la réunion du Conseil Général "Rencontrons nous".
La parole fut donnée au président de l'association Patanarès au sujet de la "Méga-Décharge". Ce dernier présenta le projet aux quelques bédariciens présents, puisque malheureusement dans la dernière parution du journal du Conseil Général il n'était toujours pas mentionné le stockage géant de déchets prévu à Riols et ses suites.
Il a été remis au président M. Vezinhet quelques pièces prouvant l'aberration des études et le bâclage du dossier présentés par Sita-sud.
Le 11 mars, l'association Patanarès et le Conseil Général doivent se rencontrer. Enfin le 31 mars à la réunion des membres du Conseil Général, il est question d'un vote des élus en vue de prendre une "position officielle". Monsieur Vézinhet a affirmé publiquement qu'il soutenait les démarches de Patanarès et du Collectif de Citoyens mis en place dans les cantons. A ce propos M. Mesquida revendique sa marche en tête du cortège des opposants.
Les élus semblent donc de notre côté, mais peut-on leur faire confiance quand on sait que M.Mesquida avait dans un premier temps donné son accord pour le projet, puis nié sa signature, le tout sans aucune gêne?
La démarche de l'association Patanarès et du Collectif de Citoyens est, non seulement de lutter contre le projet de Tanares, mais également de trouver des solutions pour nos déchets. Car il semblerait que si ce projet ne peut être réalisé, d'autres intentions sur le même site ne sont pas à écarter. Il est à craindre également que d'autres sites soient prévus dans le département.
Pourtant paradoxalement les sondages prouveraient que les héraultais sont sensibles à leur cadre de vie et à l'environnement, et que la création de centres d'enfouissement technique à l'échelle cantonnale ne semble pas envisagé par les élus, pour cause financière.
Le Conseil Général est-il prêt à transmettre nos demandes aux décideurs: car au niveau national, il serait urgent de mettre en place des réformes pour "nos emballages qui emballent des emballages...".
A l'heure de l'Europe, beaucoup de questions sans réponse concrète se posent encore sur les priorités de nos politiciens.
Affaire à suivre lors de la manifestation du mardi 18 mars (17h Allés Paul Riquet) où tous les Citoyens sont attendus.

[ haut de page ]