Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?

[ retour au sommaire ]

Compte-rendu flash
Sortie botanique sur Tanarès

L'Aspic (Association de Sauvegarde du Patrimoine Inventorié de Courniou-les-grottes), est plus connue pour son action de protection et de remise en état des capitelles. Mais, chaque année, cette association organise aussi une sortie botanique. Cette fois, le choix du lieu s'impose.
Plus de 20 personnes donc au départ de la cathédrale, à St Pons.
Après une montée en voiture par la vallée de Cassilhac, les botanistes se retrouvent sur le plateau, couvert de fleurs. Labiées, orchidées, gaillets et scrofulariacées seront examinées avec soin et les néophytes apprennent, grâce aux conseils de Thierry et de Sylvie à distinguer les vesces des gesses, le troène du fusain, différencier l'orchidée morion de l'orchis mâle...
Plus loin, les plus jeunes ou les marcheurs sont déjà à la capitelle et devisent, palabrent, commentent et " politisent " à l'ombre des chênes verts et des bruyères arborescentes.
Vers 17h, tout le monde est réuni ou presque… (des enfants sont déjà retournés aux voitures... et on les cherche un peu).
Mais la sortie n'est pas terminée pour autant, une équipe va observer les abords de la carrière où s'opère peu à peu une plate-forme de "déchets stériles" (résidus de la carrière) dont on ignore la raison : simple dépôt des remblais, ou première rampe d'accès au site ?... Cette équipe herborise dans le ravin du "ruisseau de Mai" qui descend de Tanarès.

Association de
Sauvegarde du
Patrimoine
Inventorié de
Courniou-les-Grottes


zoom

zoom
Les chiens de Gérard se désaltèrent ; vu leur enthousiasme, l'eau est encore bonne et ne sent pas mauvais...
On retrouvera, grâce à une flore en 3 volumes (il faut les porter, la connaissance a un poids !), le polygala, plante connue dont on avait oublié le nom, du grec 'polygala' (au lait abondant), autrement appelée "herbe au lait", car elle est sensée favoriser la lactation des herbivores. On trouvera aussi la tanaisie (en occitan " tanarida "), qui a peut-être donné son nom au désormais célèbre col de Tanarès, et puis quelques espèces non encore identifiées à cette heure.
Les herboristes en herbe ou confirmés se seront tous endormis le soir en rêvant de l'orchidea tanarensis, qui pourrait bloquer dans la graine le projet Sita.
Olivier

tanecetum vulgare - tanaisie


polygala vulgaris - polygala

[ haut de page ]