Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint- Ponais ?
 

[ retour au sommaire ]

La Fête du Cochon à Saint-Pons de Thomières
week-end des 22 & 23 février 2003

  lire dans La Dépêche   lire dans Midi-Libre   lire dans Le Réveil de Saint-Pons



Les mots d'ordre qui circulaient étaient : ne pas déranger la fête, mais montrer notre opposition à Tanares. C'est ce que tout le monde a fait, chacun à sa manière : les bords de routes ont été ornés de calicots sur le thème "non à la décharge", surtout du côté Béziers et Bédarieux semble-t-il. Les ballons, les balcons et les arbres des rues de Saint-Pons se sont vus décorés d'escobilhes : bouteilles de lait, bidons divers,...
De son côté, l'association Patanarès a tenu un stand tout le long de ces deux jours. Les militants ont appelé à envoyer des cartes postales au préfet disant non à Tanares.
Beaucoup de discussions avec les visiteurs pour expliquer le problème. Il a été aussi demandé aux volontaires d'adhérer à Patanarès.
Des tracts ont été distribués sur les voitures (le samedi), sur la foire en permanence.
De nombreux stands de producteurs (y compris les bonhetaïres) se sont même faits le relais en laissant des tracts sur leur étal et en discutant avec les gens.
Les commerçants de Saint-Pons ont aussi participé, qui en affichant sur sa blouse "non à Tanares", qui en écrivant "grève de la bougnette", qui en collant toute une série de cartes postales et des slogans sur sa vitrine.
D'autres militants se sont promenés avec des pancartes ou des cartes postales collées sur le dos.
Un peu avant midi ce dimanche nous avons placé des tracts (dernière fête du cochon ?) dans les quelques 600 assiettes des convives qui allaient manger sous le chapiteau.
Enfin, peu avant de plier le stand, les conducteurs coincés dans les bouchons du retour ont eu droit à la dernière distribution de tracts à travers les fenêtres des véhicules et tout cela malgré la pluie qui ne s'était pas arrêtée de tomber de la journée.


[ haut de page ]