Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
voir leur site

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

L'étang des mouettes et la décharge de Frontignan
Association Sauvegarde de l'étang des mouettes et de l'environnement

Petite histoire des flamants roses qui pataugent dans les ordures

L'association "Sauvegarde de l'étang des mouettes et de l'environnement" est née d'un collectif de sept associations créé dans l'urgence en 1991 pour la sauvegarde des étendues lagunaires de notre commune languedocienne (Hérault 34), menacées de comblements accélérés par le béton, les déchets, les dépôts de gravats, l'écoulement des eaux usées, les boues de dragage du canal du Rhône à Sète et les machefers de l'usine d'incinération de Sète.

Économie et écologie, même combat !
Nos étangs ont perdu plus de 400 ha au cours des cinquante dernières années. L'étang d'Ingril (classé en 1978) en a perdu 115 durant les quinze dernières années sans qu'on puisse dire exactement comment et pourquoi. D'une manière générale, nos lagunes ont perdu plus de superficie en vingt ans que pendant les deux siècles précédents, et ceci, presque uniquement par la faute de l'homme.

L'aménagement du littoral et tout particulièrement la réalisation de voiries ont également entraîné la création de "délaissés d'étangs", soit une vingtaine de petits plans d'eau de quelques milliers de m2 à quelques dizaines d'hectares entre Sète et la Grande Motte. Comme l'affirme une récente étude, "il ne faut pas céder à la tentation de considérer ces espaces comme condamnés, malgré les apparences et malgré les pressions de comblement qui s'exercent sur eux. Des signes encourageants persistent". Le schéma de mise en valeur de la mer (Bassin de Thau et sa façade maritime) adopté par le Conseil d'État en avril 1995, juge leur maintien "indispensable à l'équilibre de l'écosystème" et un rapport du commissariat au plan, paru en janvier, les désigne parmi les 87 zones humides d'importance nationale dont la réhabilitation est désormais techniquement possible et parmi les 8 à traiter d'urgence.

Nos espaces lagunaires ont une vie bien particulière qui se manifeste avec obstination, quelles que soient les atteintes qu'ils subissent. Ils sont l'originalité de notre région. Les touristes les aiment pour leur aspect paisible, même si l'été est, pour ces plans d'eau fragiles, la pire des saisons. L'hiver, ils sont merveilleux. Les couchers de soleil sont des moments de grand spectacle... "Ils sont espaces fragiles, exceptionnels sur le plan des sites, des paysages et des milieux naturels, particulièrement sensibles aux risques de pollution... Il faut rechercher et trouver l'équilibre subtil, courageux, éventuellement impopulaire entre mise en valeur et nécessité d'une protection" a écrit le préfet Bernard GERARD en 1992 (...)

Il faut engager des actions concrètes : certaines coûteraient peu d'argent, comme le curage des buses de communication existantes et l'augmentation de leur nombre (...). Nettoyage des berges, plantations de quelques bouquets d'arbres sont aussi réalisables rapidement. Il n'en est pas de même pour la décharge de Frontignan, 1 million de m3 de déchets en tout genre occupant 20 hectares d'un étang qui est une ZNIEFF (zone naturelle d'intérêt écologique faunistique et floristique) et dont la remise en état est chiffrée à... 17 MF pour 17 ans de laxisme ! Conséquence de notre action obstinée en justice : l'arrêté de fermeture a été signé le 13 juillet 1995. Mais aucun autre site n'ayant été désigné, ses portes restent ouvertes toute la journée. Elle est considérée comme saturée depuis 1982... Nous continuons à nous battre pour sa réhabilitation.

Au cours des dix années passées, nous avons mené d'âpres combats dont certains sont toujours en cours. Le plus important concernait un projet d'hypermarché Leclerc de 10 000 m2 pour lequel notre triomphe a été total : trois permis de construire ont été annulés, ainsi que la vente des terrains concernés par la loi littoral et le maire en exercice entre 1990 et 1995 condamné au pénal pour faux en écritures publiques et usage. Nous avons également obtenu l'annulation du POS de 1995, en ce qu'il portait atteinte à nos espaces naturels et au vignoble AOC. Pour la décharge, le site pollué SMTI, la décharge sauvage Chavasse, on espère, là aussi, que la justice finira par faire son travail. Cela fait huit ans qu'on attend...

[ haut de page ]