Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
voir leur site

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

Une décharge sur le site de Mas de Bastide ?
trouvé sur leur site

Le lieu
C'est un charmant vallon, planté de vignobles, en bordure de bois. Des villages et hameaux l'entourent: On entend des chiens aboyer vers St Hippolyte ou Monteils, ou la cloche de l'église de St Just. La vue donne, d'un côté, vers le Mont-Bouquet, d'un autre, vers la plaine agricole de St Hippolyte de Caton.
Ces bois, c'est une zone naturelle protégée : ZNIEFF = Zone Naturelle d'Intérêt Floristique et Faunistique. Sur la zone du projet et à proximité, nichent, entre autres, le circaète Jean le Blanc, le faucon crécerelle, le faucon hobereau, la bondrée apivore, probablement la chouette hulotte, toutes espèces protégées. A peu de distance niche le hibou Grand Duc. Des guêpiers y ont été vus, espèce en voie d'extinction. Sur la même zone fleurissent, une fois l'an, des orchidées dont certaines extrêmement rares.
Ces vignes donnent, pour certaines, un vin en passe d'obtenir l'AOC (Cave coopérative d'Euzet), pour d'autres, un vin bio depuis 20 ans (M. Constant).
C'est un endroit favorable pour l'apiculture : Les professionnels utilisent cette zone inhabitée pour faire hiberner leurs ruches. C'est une zone de pâturage pour les chèvres élevées dans le secteur (Pélardon AOC à Euzet). Il y a des céréales, et des oliviers (huile d'olive AOC).
Ces villages, ils ont une vocation agricole, mais aussi touristique :
- St Just, Vacquières et le Mas Champion ont une capacité d'accueil d'une cinquantaine de personnes en gîtes ruraux, et un restaurant.
- Euzet, qui espère la réouverture du centre thermal, a également une capacité d'une cinquantaine de lits, et accueille des ateliers (peinture, yoga) ou des stages.
A St Hippolyte de Caton, Monteils, St jean de Ceyrargues (camping 2 étoiles) également, de nombreuses familles vivent du tourisme et de ses retombées.
Le choix de ce site pour y implanter une décharge a d'ailleurs provoqué l'étonnement de l'office de tourisme de Vézénobres

HISTORIQUE

Un groupe de coordination entre les différents opposants au projet s'est mis en place. Le collectif a désigné les membres qui y participeront. Par ailleurs, nous avons envoyé une série de courriers à des cabinets d'avocats

15 Avril : Nous sommes choisis... Malgré tous nos arguments et notre ardeur à les défendre, seul le site du Mas de Bastide sera l'objet d'études complémentaires, préalables à l'installation du centre d'enfouissement.
Un nouveau combat s'engage maintenant, plus technique, plus juridique, plus politique aussi. Nos actions doivent aller plus loin, rassembler des personnalités plus importantes, mobiliser plus de monde. Elles doivent être concertées avec nos élus, qui ont un rôle central à jouer. Ce combat peut être long, la première échéance capitale étant en septembre, à l'issue des études complémentaires.
Le collectif doit se structurer à cette occasion, pour pouvoir répondre à ces nouvelles exigences. La réunion de jeudi prochain doit décider sous quelle forme se fera cette mutation. Venez-y nombreux ! Jeudi 17 avril à 21 heures, Mairie de St Just

4 Avril : A la prochaine réunion du Smiritom, jeudi prochain, le site définitif sera choisi. Nous sommes en première ligne: Apparement, un ingénieur de chez Burgéap sera chargé de démonter l'étude de M. Turc (celui-ci n'a pas été convié officiellement, d'ailleurs), tentant à prouver que le site du Mas de Bastide est parfait. C'est donc vers ce que nous craignons que l'on s'achemine inexorablement. La réunion aura lieu au Myriapole, Jeudi 10 avril à 17 heures
Soyons-y nombreux pour montrer, encore et toujours, notre opposition résolue au projet.

30 Mars : Un article du Midi-Libre d'aujourd'hui décrit une manifestation anti-décharge organisée pendant le carnaval à Alès, et l'attribue au collectif Mas de Bastide. Rendons à Rousson ce qui est à Rousson, nous n'avons pris aucune part à cette action. Par ailleurs, l'article ajoute "des communes se sont déjà positionnées pour s'abstenir. C'est le cas de St Christol qui a également émis le souhait que la solution de l'incinérateur soit finalement retenue". Un peu désorienté, le journaliste a oublié que ce ne seront plus les communes qui voteront, mais les communautés. Les communes n'auront donc pas à s'abstenir. Quant à St Christol, elle fait partie du Grand Alès... Nous avons envoyé, il y a plus d'un mois, des demandes de "devis" à plusieurs cabinets d'avocats pour essayer d'avoir une estimation du coût d'une action en justice. Un seul a répondu pour l'instant, Me François Roux de Montpellier, qui nous dit : "le coût d’un recours devant le Tribunal Administratif est compris au minimum entre 4 000 et 8000 euros HT". Nous transmettrons cela lors du prochain conseil municipal de St Just et Vacquières, où doit être voté le budget.

26 Mars : Notre manifestation du 24 mars a parfaitement fonctionné : Montrer notre détermination, et apporter aux décideurs tous les témoignages de refus du projet. Environ 120 ou 150 personnes étaient présentes. Nos élus étaient là : Les maires de nos communes, ainsi que M. Garossino, conseiller général. Ils ont remis les 2000 signatures de pétition, les centaines de lettres que nous avons signées, ainsi que les résultats de nos référendums. M. Roustan les a brièvement reçus, sans bien sûr pouvoir apporter de nouveautés (mais ce n'était pas le but). Tout le monde s'est dispersé vers 19 h, dans le calme.
Mission accomplie!
Lire l'article du Midi-Libre >>

15 Mars : Mobilisation générale : Nous allons, avec nos élus, remettre nos lettres, pétitions, et résultats des référendums à M. Roustan. Cela se passera le Lundi 24 mars à partir de 17 h, place de la mairie à Alès. La presse est prévenue. L'important est d'être nombreux, motivés mais dans le calme.
Venez tous, avec pancartes et banderoles, soutenir cette action.

12 Mars : Les résultats des référendums effectués sur les communes voisines sont parus :
 
Inscrits
Votants
% de Votants
Oui
Non
Nuls
Deaux
399
289
72,4%
5
283
1
Euzet
269
193
71,7%
4
187
2
Monteils
373
259
69,4%
6
252
1
St Etienne de l'Olm
195
105
53,8%
2
103
0
St Hippolyte de Caton
156
135
86,5%
1
134
0
St Jean de Ceyrargues
122
103
84,4%
1
102
1
Bravo pour votre mobilisation !

1° Mars : M. Pierre Alais, conseiller municipal vert d'Alès, nous a rendu visite ce samedi 1° Mars. Au cours d'un échange de vues animé, il nous a précisé qu'il était totalement opposé à l'incinération, pour des raisons de toxicité, et de non-maîtrise du procédé. Il est par contre convaincu que le site du Mas de Bastide est mal choisi pour faire un CET, puisque c'est un site naturel. Il préconise plutôt l'une des nombreuses friches industrielles du bassin alésien, pour établir un centre à caractère réversible (dont on pourrait enlever les déchets par la suite). Il s'est dit intéressé par la thermolyse (Apparement, M. Roustan aussi, puisque, paraît-il, il serait allé visiter les installations de thermolyse à Arras).
Nous l'avons ensuite accompagné pour visiter le site.
Convaincu du bien-fondé de notre démarche, il nous a recommandé de poursuivre notre action, nous assurant de son soutien actif.

16 Février : Pour avoir une idée plus concrète sur ce qu'est un CET, lisez la visite guidée (ci-contre), voyez les photos (rubrique photos), et consultez la pub du Smiritom (rubrique projet). Extatique! Contact a été pris avec le collectif Rousson, et avec le maire, M. Bertrand (le 3 février). Le but était de proposer une action commune (manifestation à Alès), comme décidé lors de la réunion du 31 janvier (voir ci-contre). Nous avons été bien reçus, mais leur décision se prendra en réunion, et nous attendons leur réponse.

14 Février : Le lundi 10 février s'est tenue à Bouquet la réunion de notre communauté des communes. Règle du jeu (apparemment): le président parle, les autres se taisent. Commes nous le craignions, la décision a été prise de tout faire pour faciliter les choses au Smiritom, et d'éviter tout blocage. La guerilla administrative ne passera pas par là. De plus, le président a écarté toute possibilité de voter une aide financière en cas de frais d'avocat, ou autre. Bref, rien ne sera fait pour tenter de défendre St Just.
Comble de l'hypocrisie, une motion de "solidarité avec St Just" a été votée. A la question "comment va se concrétiser votre solidarité?", pas de réponse.
Quand la langue de bois atteint ces sommets, on peut se poser la question : Sont-ils nos pires amis ou nos meilleurs ennemis ?

12 Février : Un procédé novateur de traitement des ordures, la thermolyse, pourrait être une alternative.

27 Janvier : Hier, dimanche 26 janvier, le Collectif de Rousson a organisé une visite du barrage de Ségoussac, des ex-boues rouges de Péchiney.
Nous avons pu voir les progrès réalisés pour restaurer cette belle région.
Nous comprenons d'autant la résistance des habitants de Rousson, que nous, au mas de Bastide, à Saint Just et Vacquières, nous refusons de voir notre beau site, intact de toute pollution, se faire détruire par ce projet.
Si personne n'en veut, c'est que ce n'est pas le bon projet. Ni Rousson, ni nous !!
Il faut revoir votre copie, Messieurs les décideurs. La lutte continue.

24 Janvier : Bravo pour votre mobilisation massive lors de l'assemblée du Smiritom. Cette belle mobilisation relance l'idée d'une manifestation-défilé à Alès, idée qui était devenue controversée après la mobilisation assez moyenne lors du barrage routier de Décembre. Par ailleurs, nous avons reçu à ce jour un peu plus de 300 lettres-type. Il n'est pas encore trop tard, signez et faites signer !

6 Janvier : Nous reprenons le collier après la "trêve des confiseurs"... Après la manif du 21 décembre, nous avons reçu quelques soutiens :
- Le groupe alésien de recherche archéologique (Gara) nous envoie une documentation sur la "vieille cité", oppidum gallo-romain situé à quelques centaines de mètres du projet de décharge, et nous précise qu'il s'agit d'un site de premier ordre. Christophe Darpheuil, passionné d'ornithologie, et qui a longuement étudié la faune locale, nous a fait parvenir une liste d'oiseaux résidant à cet endroit. Cette liste, non exaustive, permet de mesurer la bonne bio-diversité du milieu.

17 Décembre : Voici enfin le fameux rapport d'études.

12 Décembre : Une réunion du SMIRITOM a eu lieu, où le cabinet Burgéap devait faire son rapport sur les études effectuées sur les différents sites. C'était donc une réunion particulièrement importante. Mais voilà, trop de délégués étaient absents, le quorum n'a pu être atteint, et la réunion a été annulée. Ces gens, qui vont avoir en mains, par leur vote, la destinée d'une petite région, ne prennent pas la peine de se déplacer pour écouter les conclusions des experts... Non, nous ne rêvons pas !
Une nouvelle réunion, sans quorum celle-là, doit donc avoir lieu la semaine prochaine, avec le même ordre du jour.
Une consolation : le collectif et le CIDEP étaient bien représentés (mieux que les élus ?). D'autre part, les délégués présents ont reçu la lettre du Cidep (voir Lettre du Cidep à M. Roustan), résumant nos arguments. Rendez-vous la semaine prochaine...

9 Décembre : Un courrier et un dossier ont été remis à Mme Bachelot, ministre de l'environnement, par M. Chevrolat, maire d'Euzet. Il a pu s'entretenir avec la ministre lors de la visite du pont de Ners.

7 Décembre : Lors d'une mini-quête improvisée lors de notre réunion, le collectif a reçu la somme de 53 euros. Un décompte précis sera effectué de nos frais dans ces lignes. Nous avons d'ores et déjà eu des frais de papier et de timbres, mais rien d'important (environ 35 euros)

29 Novembre : A Montpellier, le combat des habitants de Murviels et de Castries contre leur projet de décharge a été entendu.

23 Novembre : A la réunion du collectif , rendez- vous a été pris pour le Samedi 7 décembre à 14h, à la Mairie de St Just.
Ordre du jour : Evaluation des dossiers, Plan d'action

23 Novembre : Le collectif a enfin une adresse postale : Merci à M. Joffre, qui nous a permis d'utiliser celle de la mairie.

20 Novembre : Après la visite de membres du CIDEP chez M. Roustan, il semblerait que le site de St Just reste seul en première ligne. Nous attendons impatiemment un compte-rendu du CIDEP. Réunion de crise de tout le collectif à la mairie de St Just Samedi 23 Novembre !

8 Novembre : Certains membres du conseil municipal de St Just proposent la démission en bloc de tout le conseil si le site du Mas de Bastide était retenu.

5-6 Novembre: Un hélicoptère nous a survolés longuement, durant 2 matinées, et a observé attentivement les alentours. D'autre part, M. Roustan a été vu sur le site, accompagné d'une équipe en costume-cravate.

4 Novembre : M. et Mme Martinez (Graphipub) menacent de porter plainte au pénal pour empoisonnement si, au cas où le projet verrait le jour, une inondation survenait, submergeant le site.

[ haut de page ]