Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
 

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

Pennes-Mirabeau, site exemplaire de la Sita-Sud?
document reçu par mail en septembre 2003

LE SITE PHARE DE LA SITA-SUD !
Souvenez-vous : SITA-Sud avait affrété des cars pour que les Saint-Ponais visitent son site exemplaire.
Est-il besoin de commenter ?

Lettre au Préfet de l'Association de Défense de la Qualité de l'Air des Pennois

Les Pennes Mirabeau, le 15 Juillet 2003

Monsieur le Préfet,

Nous réunissons de nombreux habitants riverains de la déchetterie victimes d'odeurs pestilentielles provenant du CET du Jas de Rhodes depuis des années. Nous sommes de plus en plus asphyxiés et nous ne pouvons plus vivre normalement :
- obligation de quitter la maison le jour,
- arrêt de la VMC,
- obligation de se calfeutrer le soir dans nos maisons avec la chaleur torride que nous connaissons ces derniers temps et sans succès car l'odeur pénètre dans nos maisons tout de même,
- angoisse de recevoir des invités car les repas pris à l'extérieur peuvent être arrêtés à tout moment par les odeurs,
- réveils nocturnes à 2H du matin par les odeurs !!,
- problèmes de santé graves : eczéma et asthme d'enfants aggravés par ces pollutions atmosphériques, rhinopharyngites à répétition...
Nos plaintes individuelles n'ont jusqu'à présent servi à rien, c'est pourquoi nous avons créé une association dont l'objectif principal est la lutte contre les nuisances environnementales et en particulier celles qui sont engendrées par SITA SUD exploitant le CET du Jas de Rhodes.
Nous n'exigeons que notre droit le plus élémentaire : respirer normalement et donc vivre normalement. La loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie reconnaissent à chacun le droit à respirer un air qui ne nuise pas à la santé, ainsi que le droit à l'information sur la qualité de l'air, ses effets sur la santé et l'environnement. La loi reconnaît à chacun le droit de ne pas être gêné par les odeurs qui constituent une pollution atmosphérique.

C'est pourquoi nous réclamons d'urgence l'intervention d'une société indépendante telle que Génuol ou Wolff environnement pour :
- analyser l'air que nous respirons,
- savoir s'il est toxique ou pas,
- que ces sociétés spécialisées identifient l'origine des odeurs et les traitent pour qu'elles disparaissent et c'est possible.
En effet, nous avons rencontré ces sociétés, il semblerait donc que le seul obstacle soit d'ordre financier !!
Monsieur le Préfet, nous voulons être des partenaires actifs et participer au choix de la société, être présent au moment des prélèvements d'air, avoir des informations mensuelles nous renseignant sur l'évolution des analyses ainsi que des informations sur les solutions apportées aux différents dysfonctionnements occasionnant des odeurs.
Nous avons réussi à consulter le rapport d'activité de SITASUD et avons constaté un dépassement en CO (de 5 fois environ) ce qui est énorme et en SO2 concernant les rejets atmosphériques de la torchère quand elle fonctionne. Que se passe t-il quand elle ne fonctionne pas ? et les analyses des odeurs pestilentielles que nous respirons que diraient- elles ?
Nous nous sommes adressés à plusieurs reprises à Monsieur Pinasseau de la DRIRE qui nous a informé que les odeurs allaient diminuer suite à la fin des travaux du 20 juin 2003, malheureusement aucune amélioration n'a pu être ressentie !!!
Nous avons rencontré Monsieur le Maire des Pennes Mirabeau qui nous a promis de faire de son mieux pour nous aider.

Nous vous prions, Monsieur le Préfet, d'intervenir en notre faveur pour que de vraies solutions soient apportées et que notamment des moyens financiers suffisants soient mis en place pour lutter contre les odeurs et que nous ne soyons plus une population sacrifiée. Par ailleurs, nous demandons à participer à la CLIS de manière à être informé des moyens mis en œuvre par SITA SUD pour lutter contre les odeurs et à donner des informations sur le cauchemar que nous vivons...

Comptant sur votre compassion, votre aide, nous vous prions, Monsieur le Préfet, d'agréer l'expression de nos salutations distinguées.

La présidente Mayan Isabelle : Professeur Agrégé à l'université de Toulon
Le trésorier Dr Mabrouk Kamel : Ingénieur CNRS, élu citoyen d'honneur de la ville de Marseille pour découverte scientifique.

[ haut de page ]