Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
voir le site

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

Veuchey : Cinq mille signatures contre le centre d'enfouissement
Articles du site Le Bien Public en mars 2003

Une mobilisation active contre la venue du CET dans la commune
Le projet de centre d'enfouissement technique de déchets présenté par la société Gobled de Semur-en-Auxois aboutira-t-il à Veuchey, près de Bellenot-sous-Pouilly ? C'est la question que tous les opposants se posent anxieusement à présent, après la fin de l'enquête publique. L'association de défense contre le projet a donné au commissaire-enquêteur le résultat de la pétition organisée dans le canton et ailleurs, qui a recueilli près de 5 000 signatures, un nombre impressionnant et un record si on s'en réfère aux 3 500 signatures apportées lors du premier projet de CET à Veuchey, en 1995. La mobilisation apparaît donc plus forte que jamais dans le canton. L'opposition a notamment reçu le soutien de l'abbé de Cîteaux, Dom Olivier Quenardel, qui s'est montré choqué de la volonté de créer une décharge dans un lieu qui, jadis, était une « grange » cistercienne rattachée à l'abbaye de La Bussière. Les agriculteurs aussi Par ailleurs, le représentant syndical de la FDSEA (fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles), Dominique Guyon et celui des Jeunes agriculteurs, Jérôme Millanvoye, sont venus remettre une protestation écrite au commissaire-enquêteur. « La ferme de Veuchey est l'une des meilleures fermes d'élevage du canton, s'indignent-ils, et elle va devenir la fosse sceptique de toute la région. » Ils s'inquiètent du ruissellement des eaux pluviales sur un site souillé, qui pourrait polluer les sources et les cours d'eau. « Après les crises subies ces dernières années, un CET à Veuchey serait catastrophique pour l'élevage charolais du canton ». Autre crainte : l'arrivée éventuelle au fil des années de déchets plus dangereux, comme des résidus radioactifs. L'association, elle, continue à travailler, même si pour l'instant la suite du dossier est purement administrative. Le commissaire-enquêteur présentera prochainement à la préfecture du département son rapport, assorti de son avis personnel, qui rejoindra les avis des mairies concernées et de multiples organismes officiels. Au final, le préfet décidera.

25.03.2003 : Réunion d'opposition à la « décharge » de Veuchey
Des avancées dans la défense

Les divers axes de défense envisagés pour s'opposer au projet de Veuchey ont été développés devant une assistance venue très nombreuse François Patriat : « Il faut se défendre sur le plan juridique »

Jeudi soir, à la salle polyvalente de Pouilly, près de trois cents personnes étaient présentes lors de la réunion organisée par l'association de défense contre le projet de centre d'enfouissement technique de Veuchey.
Le but dela réunion organisée par l'association de défense contre le projet de centre d'enfouissement technique de Veuchey était de faire le point sur le dossier et surtout d'expliquer les divers axes de défense envisagés pour s'y opposer. Monique Garnier, maire de Pouilly, a d'abord annoncé une avancée importante du dossier : le 19 mars, le préfet a accordé l'élargissement du périmètre d'affichage de l'enquête publique à Pouilly et Gissey-le-Viel. Jusque là, en effet, le chef-lieu, pourtant concerné par les nuisances du projet de par l'impact du transport des déchets, avait été écarté du périmètre. Les deux communes arrivantes pourront proposer la consultation publique du dossier Veuchey (500 pages) en mairie dès le 31 mars. Du fait de ce changement, l'enquête publique qui devait se terminer le 2 avril a été abrogée. Une nouvelle enquête est ouverte du 14 avril au 17 mai. François Patriat, conseiller général et membre du conseil d'administration de l'association de défense, a ensuite exposé le problème de l'élimination des déchets en Côte d'Or. Il a rappelé que les élus du croissant ouest du département, auquel appartient le canton de Pouilly, étaient réunis en un syndicat mixte qui travaille à trouver une solution pour pallier à la fermeture des usines d'incinération de Châtillon, Montbard et Saulieu en juin 2002. Ce syndicat est hostile au projet privé de Veuchey et désire placer l'élimination des déchets sous la maîtrise d'ouvrages publics, principalement pour limiter les coûts. « C'est au syndicat à trouver une solution de rechange à Veuchey », a expliqué M. Patriat. « Notre tâche, ici, est seulement de faire échec à la société Gobled, qui a pris en compte les défauts de son premier dossier de 1994, et qui présente maintenant un nouveau dossier juridiquement et administrativement recevable. Des manifestations contre le projet ne suffiront pas, il faut gagner par le droit, en trouvant les failles du dossier ». Un avocat engagé M. Patriat a donc annoncé qu'un avocat - Me Hervé Bonnard, spécialiste du droit de l'environnement - avait été engagé pour défendre les intérêts du canton dans un dossier « qui comporte des lacunes graves, la première étant que le projet Gobled ne prend pas en compte la directive européenne qui prévoit l'extraction par tranches de 25 % de la partie fermentescible d'ici à 2010. Ce qui veut dire que le pétitionnaire ne sera déjà plus en règle avec la loi d'ici quelques années. Et s'équiper pour l'extraction serait d'un coût énorme ». De leur côté, Daniel Hesse et Loïc Cournaut, du conseil d'administration de l'association de défense, ont résumé devant le public le projet, avec tous les désagréments qui lui sont associés (gaz toxiques, pollutions, etc.). « Des données qui se trouvent toutes, y compris les nuisances, dans le dossier Gobley », ont-ils précisé, « à l'exception du nombre de camions susceptibles de passer sur la D 970, qui a visiblement été minoré par l'entreprise (80 allers-retours par jour au lieu de 250 évalués par l'association) ». Guy Mercey, maire de Bellenot, a insisté sur la nécessité d'un combat « dégagé de toute idée politique » et il a lu un courrier du député Alain Suguenot, qui s'oppose fermement au projet, en solidarité avec les habitants et les élus du canton. A la fin de la réunion, le public a pu s'exprimer et poser diverses questions. L'association invite la population à participer à l'opération « Pouilly ville morte » qui aura lieu le vendredi 28 mars prochain de 17 à 19 heures. Un défilé partira de l'échangeur de l'autoroute, et se dirigera vers le centre ville où les magasins seront fermés durant deux heures.
Pascale THIBEAUT

[ haut de page ]