Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?

[ retour à la page précédente ]

Cazouls-les-Béziers
Centre de traitement des déchets, demain les électeurs trancheront

article de Midi Libre du 14 octobre 2005

Les Cazoulins sont-ils favorables au projet de centre de traitement complet des déchets ménagers ou sont-ils résolument opposés à son installation? Impossible, pour l'heure, de le déterminer, au vu des deux réunions qui se sont succédées cette semaine en préambule au référendum organisé demain, samedi, de 8h à 18 h. Dans un premier temps, Michel Bozzarelli, maire de Cazouls et président du syndicat mixte Ouest Hérault chargé du règlement de cet épineux dossier, avait réuni la population pour lui présenter le dossier. Que dit la loi ? Quel coût pour la population ? Quels risques? "Le site envisagé a fait l'objet d'études environnementales et hydrogéologiques très poussées dont les résultats ont conclu à la parfaite qualité de la nature des sols et à la faisabilité du projet", reprenait le maire dans sa présentation.
Ces arguments, l'Association de défense et de protection du patrimoine cazoulin (ADPPC) les a démontés un à un, mercredi soir, lors de sa réunion dans la salle François Mitterrand. Par la voix de son président Jean-Pierre Combes: "Installer un tel centre à 150 m de l'Orb sera un véritable fléau, une menace pour l'environnement, pour le vignoble. Ne donnons pas un chèque en blanc à monsieur le maire et son conseil municipal. C'est la catastrophe qui entraîne la réaction: n'attendez pas la catastrophe pour réagir". Par celle de Robert Clavijo, écologiste fondamentaliste, qui a fait un large tour de la question. Parmi ses arguments, il a notamment déploré qu'on "centralise toutes nuisances"; regretté qu'on veuille "y enfouir des toxiques et fermentescibles - qu'on ne collecte pas - ce qui est formellement interdit"; ou mis en doute le côté "irréprochable des nouvelles décharges qu'on nous présente. il n'existe pas d'argile imperméable et la géomembrane de 2 mm d'épaisseur, déposée au fond de la fosse pour une étanchéité active, est-elle fiable ?". Affirmant que les décharges sont "un mal nécessaire", l'écologiste s'apprête à les tolérer "à condition qu'on n'y mette pas n'importe quoi. Ce qui impose en amont le compostage des fermentescibles et la collecte des toxiques (piles, huiles usagées, phyto-sanitaires, solvants, colles...) ".
Me Ferrari, avocat de l'association et Cazoulin a lui décortiqué le droit: " Pour tout référendum, le citoyen doit avoir accès à tous les documents techniques et financiers. Je me pose aussi des questions sur le caractère légal de cette consultation au vu des conclusions d'un premier bureau éditées le 28 septembre et des conclusions finales émises le 29 septembre: un jour pour rédiger le rapport final, c'est peu... "
Michel Bozzarelli, présent dans la salle et régulièrement pris à partie, a tenu à répondre: "Je partage l'analyse de Robert Clavijo. L'amélioration de la collecte des toxiques est mon souhait, favoriser celle des fermentescibles pour en faire du compost aussi. Mais cela nécessite un travail de longue haleine. En deux ans, je ne pense pas qu'on puisse y arriver". Au sujet de la pollution de l'Orb, "les études hydrogéologiques et hydrauliques démontrent qu'il n'y a pas de risque de confusion avec la nappe de captage de l'Orb. Pour ce qui est des coûts: "80 € la tonne est un coût moyen, la fourchette basse étant à 65 €". Et enfin, en réponse aux arguments de Michel Bataille, président des Vignerons d'Ensérune (qui se sont prononcés contre le projet à l'unanimité du conseil d'administration), qui craignait de voir le site passer de 20000t par an à plus de 200 000 t ("Le site de Tanarès étant passé à la trappe, celui de Rosis ayant du plomb dans l'aile"), le maire de Cazouls avance que "les études se poursuivent sur Rosis. Et si nous dépassons le tonnage, il faudrait demander à nouveau des autorisations prefectorales et soumettre le dossier à enquête publique. Nous voulons être clairs dans ce projet qui n'en est qu'au stade de la préfaisabilité".
Le maire, Michel Bozzarelli, a souvent été pris
à partie.
Photo P. SALIBA
En tout état de cause, forts des renseignements, souvent contradictoires, qu'ils ont pu recueillir, les 2 750 électeurs cazoulins choisiront: ou donner caution à l'installation du centre d'enfouissement des déchets ou bien... l'enterrer définitivement..
A.C.

Les résultats : inscrits 2705; votants 1614; exprimés 1 591 ; oui 521 ; non 1 070.

Cazouls-lès-Béziers
Référendum : un non massif au centre d'enfouissement

article de Midi Libre du 17 octobre 2005

Par 67,25% de "non" contre 32,75% de "oui", les habitants de Cazouls-lès-Béziers, consultés hier par référendum local, ont massivement rejeté le projet de centre d'enfouissement sur le territoire de la commune. Le taux de participation de 60% était révélateur de l'intérêt suscité par le projet.
Après avoir proclamé ce résultat, Michel Bozzarelli, maire, a annoncé que "le conseil municipal suivra, comme il s'y était engagé, l'avis majoritaire de la population". Un résultat qui l'a personnellement "un peu déçu. Je pensais que la campagne d'explication de ces derniers jours aurait pu convaincre un peu plus de personnes, mais manifestement, c'est un sujet qui reste extrêmement difficile à aborder".
Président du syndicat mixte d'élimination des déchets de l'ouest Hérault, Michel Bozzarelli dit "se poser des questions pour l'avenir y compris en ce qui concerne ma présidence du syndicat mixte, car en dehors de l'opération usine de gazéification, il semble que nous soyons bloqués".
Le syndicat mixte, qui a l'accord d'un maire du Biterrois et le site adéquat pour accueillir la "torche à plasma", attend "le résultat d'une expertise de l'Ineris" sur le projet...
Le maire de Cazouls ne fait pas pour autant de ce résultat un revers politique sur un plan personnel: "C'est une opération particulière, les résultats sont transverses, ce ne sont pas des résultats gauche / droite, mais l'expression de ceux qui voulaient ou pas ce centre".
J. Vr.

Pas de tension lors du dépouillement,
mais un soulagement au résultat.

[ haut de page ]