Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?

[ retour à la page précédente ]

Editorial du Bulletin d'Information de l'association AVEC & ses environs
article de Bernard, Jean Pierre LANOS

On a toujours besoin d'un plus petit que soi ou comment, à Bors de Baignes, le Vison d'Europe (450 à 600 gr) a eu, lui, la peau du Prédateur.

Un peu d'histoire :
Depuis plus de deux ans, les élus de proximité (16 & 17),la population,les associations ADVL, AVEC, le CIRRE,etc..se sont battus contre le projet de décharge au lieu dit Châteauvert (2.316.000 tonnes de pollution prévisionelle).
Un conseiller municipal de Bors de Baignes, envoûté par le chant des Euros de l' enfouisseur SITA / SURCA a, et en secret, préparé son mauvais coup contre sa commune, la population et les élus parmi lesquels il siégeait, mais comme JUDAS Iscariote
. Au nom de l'appât du gain, ce propriétaire sans scrupules est prêt à polluer le LARY, détruire la faune et la flore protégées et à modifier l'habitat naturel du Vison d' Europe. Elus, associations et population dans un combat inégal face à la multinationale de l'enfouissement, SUEZ Environnement, se sont fédérés pour démontrer que le site de Chateauvert n'était pas compatible avec une décharge : Site Natura 2000 avec de nombreuses espèces, de la Faune et de la Flore présentes et sous la protection de la C.E. dont le VISON d'EUROPE qui est classé prioritaire.
Après l'enquête publique qui a connu une participation hors norme et de grande qualité, Monsieur le Commissaire Enquêteur a rendu un avis défavorable pour la création de la Décharge SITA/ SURCA.
Le rendez vous du 8 juin :
La décision finale appartient à Monsieur le Préfet de Charente, après réunion et consultation du Conseil Départemental d'Hygiène convoqué le 8 juin 2005.
Le projet d'ARRETE PREFECTORAL communiqué avec les convocations concluait à l'impossibilité de création de cette décharge soit, un REFUS.
La principale motivation de cette décision est la présence du Vison d'Europe, d'un site NATURA 2000, en application de l'article L.414-4 du code de l' environnement.
Informé de cette décision préfectorale, l'Enfouisseur SITA / SURCA a retiré son dossier de demande d'autorisation d'exploitation, qui n'avait plus à être examiné le 8 juin par le C.D.H.!...
Ne baissons pas la garde, le requin blanc guette le LARY et...le Vison d'Europe.
Nous savons que tous les coups bas sont possibles et l'enfouisseur peut une nouvelle fois revenir avec un nouveau dossier.
Toutefois, la présence du Vison d'Europe, la protection et maintien de son habitat en zone humide est théoriquement un facteur rédhibitoire pour une autorisation ultérieure.
En 2004, AVEC a déposé une requête de la plainte contre la France auprès de la Commission Européenne de l'Environnement à Bruxelles. Ce dossier principalement argumenté autour du Vison d' Europe a reçu un avis favorable et a été provisoirement mis en sommeil, suite à l'avis défavorable du Commissaire Enquêteur et dans l'attente de la décision préfectorale.
Pour alimenter et instruire notre requête, nous communiquerons l'ensemble des nouveaux documents et le projet d'Arrêté Préfectoral à la Commission Européenne, ces documents confirmant la présence du Vison et nous joindrons également, la dernière étude sur ce Vison d'Europe, contenu dans le mémoire de SITA/SURCA avec les propositions de solutions dommageables pour son habitat.
Cette victoire à Bors de Baignes qu'il faudra confirmer dans le temps est l'éclatante démonstration du pouvoir des citoyens et des élus de proximité. C'est aussi la démonstration, que le droit et la justice existent, et que les citoyens ne sont pas systématiquement écrasés, broyés, laminés par les puissants. La protection de l'Environnement, sa préservation sont de la compétence des citoyens. Ne nous laissons jamais abuser et pour l'exemple, les propos du spécialiste des déchets au MEDEF à Bors de Baignes, qui vantent la qualité de l'eau de ville en opposition à la consommation excessive en bouteilles. Compte tenu des dernières études et du cri d'alarme sur la qualité des eaux en France, après les menaces de délocalisation, serait ce une tentative d'intoxication où la démonstration d'une ignorance gravissime ?...

[ haut de page ]