Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

Collectif Vignerons et Citoyens "Sauvons Guzargues"
Non au centre de stockage de déchets ultimes (CSDU) !
Les déchets de l'agglo dans l'agglo !

article du site sauvonsguzargues.com

COMPTE RENDU DE LA MANIFESTATION DU MARDI 21 DECEMBRE 2004

La manifestation de mardi 21 décembre a réuni jusqu’à 120 personnes.

C’est avant tout un succès pour l’unité et la cohésion du village dans la bataille qui s'annonce longue contre la volonté de l’Agglomération de Montpellier d’implanter une de ses décharges sur la commune.
C’est plus de 25% de la population de Guzargues qui était présente ce soir-là, représentant probablement plus de 80% des familles.

C’est aussi un succès médiatique puisque la manifestation a été relayée par France 3, toutes les radios locales (chérie FM, France Bleu, radio France Hérault,...), Midi Libre,...

C’est aussi un succès politique, même si les partisans du jusque boutisme désiraient aller plus loin, plus longtemps... Il faut savoir raison garder, et le temps des actions plus radicales n’est pas encore venu.

L’Agglo, par son Directeur des Services, Mr Delacroix a insisté pour nous recevoir Mardi Soir. Mais à l’avance, nous avions décidé que c’était aux élus de l’Agglo de venir aux devants de ceux qu’ils veulent «emmerder».
La manque de courage des élus a été à l’égal de leur fausseté (pour ceux avec qui nous avons pu discuter !)
On ne s’étendra pas non plus sur l’attitude de certains autres (Mr Subra et Fleurance par exemple de qui nous tenons le terme « emmerder » et autres noms d’oiseaux)
Un point en commun en tous cas, à tous ces élus : aucun n’est en charge du dossier : « PAS RESPONSABLE, DONC PAS COUPABLE ! ! » Apparemment d’ailleurs, on se demande qui a voté quoi, qui a fait quoi,...

Nous en profitons pour souhaiter ici un prompt rétablissement à G. Frêche, car s’il venait à lui arriver quelque chose son héritage politique serait peut-être plus lourd qu’il ne le suppose.
Avant de clore la manifestation, un rendez-vous nous a été proposé avec Mr Moure, vice président de l’AGGLO pour le lendemain 11 h. Nous avons accepté qu’une délégation soit reçue.

RESUME DE LA REUNION DU MERCREDI 22 DECEMBRE

Se sont rendus à ce rendez-vous : Olivier Durand, Lionel Rougé, Gilbert Vialan pour le collectif et Yves Courtieu, maire de Guzargues.
Délégation de l’Agglo : Mr Moure, vide président de l’Agglo, Mr Delacroix, Directeur Général des Services, Mr Castet, Conseiller général de notre commune, Mr Deligny, Directeur du Service des Etudes.

En préambule, O. Durand, au nom du collectif a déploré le manque d’égard des élus de l’Agglo pour les habitants de Guzargues.
Si les 3 élus à qui il avait été demandé de descendre avaient répondu favorablement à l'invitation, la manifestation se serait peut-être close plus tôt, et de manière plus calme.
Il a été déploré aussi la violence verbale, et parfois physique de certains élus.

Puis la discussion sur le fond a été engagée. Il ressort des commentaires de l’Agglo :
  • que le choix des caractéristique du CSDU a changé, à savoir :
    1. Sites plus petits : de 15 à 40 hectares
    2. Aspects géologiques et accessibilité prioritaires
    (a contrario, aspects écologiques, humains et économiques peu pris en compte)
    On voit que sur ces deux points, notre site est directement concerné.
  • Tous les autres sites étudiés avant sur la base de 50 à 100 hectares ne peuvent être plus retenus.
  • Les études portent sur 100 hectares pour avoir un maximum de garanties sur la quarantaine d’hectares éventuellement retenus.
  • Le processus de sondage doit aller au bout le plus rapidement possible afin de pouvoir retenir le ou les sites possibles (ou aucun)
  • Ils nous promettent une transparence complète sur le dossier géologique

A notre question, « n’y a t il aucun autres site compatible sur l’Agglo, comparable à celui de Guzargues ? » la réponse des techniciens est claire : « Après élimination des premiers sites et au bout de deux ans d’étude, les 5 emplacements proposés étaient les seuls susceptibles de l’être »

A notre question « Pourquoi 3 sites de carrière de calcaires perméables et 2 sites de marnes argileuses ont été retenus ? » la réponse était un peu plus floue : « Les carrières, c’était pour répondre aux critères environnementaux prônés par l’Europe, les autres pour répondre au plus près aux choix techniques ».

A nos interrogations sur le choix d’un site constitué de vignes AOC, d’oliviers et de truffiers, et donc de l’impact économique sur les exploitations concernées (sans parler du coût de l’achat par rapport à des garrigues ou des terres nues ) nous avons pu nous rendre compte que comme les nuisances occasionnées (camions, bruits, vue... ) tout ceci était pour eux négligeable.
Il nous a par contre été dit et répété que le rôle des élus étaient d’écouter, d’évaluer et de proposer les meilleurs dédommagements...

Nous leurs avons aussi signalé que ce site avait fait l’objet de réhabilitations avec des fonds Européens suite à l’incendie de 1989 et que le remboursement desdites subventions serait sûrement demandé.
Ce dernier point n’a pas eu l’air non plus de poser problème aux élus de l’agglomération ; il est vrai que ce n’est pas leurs deniers qui sont concernés, mais ceux des contribuables.

Un bon point, quand même, est à accorder à M. Jean-Marcel CASTET conseiller général du canton de Castries (le nôtre), qui, à plusieurs reprises, a insisté sur le fait que le choix de ce site n’était pas bon pour la commune et qu’il serait souhaitable qu’il soit déplacé.

On le voit, l’Agglo tient beaucoup à ce que notre commune devienne leur décharge. Ce n’est pas les formules de politesses, et autres déclarations sur l’honneur de vérité d’intégrité et d’honnêteté, qui nous ont convaincu de l’équité dans le choix des sites.
Nous avons été choisi, certes parce que le site apparaît comme favorable, mais surtout par l’éviction des autres, politiquement plus risqués que le nôtre.

Nous le répétons depuis le début : nous ne sommes que 400 habitants, 220 votants, et notre poids électoral reste limité.
Nous nous devons donc de rester mobilisés, avec l’état d’esprit combatif qui nous a animé ces dernières semaines. Il convient donc que chacun continue de s’investir à son niveau au sein du Collectif. Il faut aussi être à la recherche de tous les appuis (techniques, politiques, médiatiques,...) possibles.
Le choix du site n’est pas fait. Soyons convaincu de la justesse de notre combat afin que nous puissions, par nos arguments, convaincre les décideurs de l’hérésie de vouloir mettre leur centre de stockage des déchets ultimes (CDSU) à Guzargues.

Bonnes fêtes à tous,
Pour le collectif citoyens et vignerons, Olivier DURAND

[ haut de page ]