Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

Décharge et incinérateur de Vert-le-Grand
aticle trouvé sur le site de Greenpeace

Deux projets autour de Vert-le-grand mobilisent fortement notre vigilance :
  • la construction d'un nouveau four d'incinération de 14 tonnes/an ;
  • la création d'une nouvelle décharge de 280 000 tonnes/an.
Ces projets rencontrent une forte opposition des citoyens et d'élus. On arrive aujourd'hui à une situation très tendue autour de ces problèmes. Pour bien comprendre la situation à laquelle on arrive aujourdhui, il est utile de donner d'abord quelques données techniques et historiques.

Quelques données

Le CITD de Vert-le-Grand couvre 127 communes de l'Essonne (agglomération d'Evry, Corbeil, Etampes...) soit 700 000 habitants. Il comporte :
  • 2 fours d'incinération de chacun 14 tonnes/heure, soit environ 220000 tonnes par an,
  • un centre de tri de 30 000 tonnes par an,
  • une plate-forme de compostage de déchets verts de 80 000 t/an,
  • une station de valorisation du biogaz,
  • un centre de traitement des lixiviats,
  • une plate-forme de traitement des mâchefers de 60 000 t/an et
  • une décharge, toujours en exploitation, qui arrive aujourd'hui à saturation et qui doit légalement fermer cette année.
  • A noter que cette décharge, dite du Grand Braiseux, est aujourd'hui cause d'une pollution avérée (dont l'ampleur reste à déterminer) de la nappe phréatique !
Rappel historique
  • 1994-1996: sur fond d'affaire politico-financières (affaire Xavier-Dugoin, voir le journal Libération du 26/02/96) le Conseil Général de l'Essonne, en s'appuyant sur le PDEMA (plan départemental d'élimination des déchets ménagers et assimilés) autorise la construction du CITD avec 3 fours d'incinération.
  • 1996: révision du POS, défrichement d'un espace boisé pour extension provisoire de la décharge.
  • 1998 : mise en service du premier four d'incinération.
  • 1999 : mise en service du second four et achèvement du KIT.
Le projet d'un troisième four n'est pas nouvelle, mais jusqu'à présent, l'intervention et la pression d' associations locales (notamment Essonne Nature Environnement) a pu, jusqu'ici, retarder le projet.

Aujourd'hui encore, il reste avéré que cette usine d'incinération continue d'être un gouffre financier (cf "Le Parisien du 15/04/2002).

Situation actuelle sur le terrain

En juin 2004, une enquête publique a été ouverte concernant un gigantesque projet d'extension portant sur :
  1. la création d'une nouvelle décharge de 280 000 tonnes/an (cf "le Parisien " du 02/06/2004) soit 150 000 tonnes de déchets industriels(DIB) et 130 000 tonnes de déchets ménagers ;
  2. la construction d'un troisième four d'incinération de 14 tonnes/heure.
Cette enquête rencontre une vive opposition des associations locales de défense de l'environnement et de nombreux maires des villages voisins qui expriment clairement leur refus du projet. En parallèle, une pétition recueille plusieurs milliers de signatures dont nombre d'élus locaux.

L'impact de ce projet sur l'environnement local est en effet ahurissant :
  • le nombre de mouvements de camions générés chaque jour autour du site passerait de 480 à plus de 900 ! Et dans 10 ans, une butte de 2 millions de mètres cubes aura poussé à Vert- le-Grand...
  • Par ailleurs ce projet s'inscrit en contradiction flagrante avec les orientations officielles de la politique environnementale (suppression complètes des décharges, développement du recyclage et des collectes sélectives) qui sont sensées aller vers une réduction croissante de la production de déchets et par conséquent de l'activité de tels usines d'incinération...
Le 5 juillet 2004 un collectif est crée : le CLISSE (Comité de Lutte et d'Information et de Surveillance dela Santé et de l'Environnement) qui a pour objectif la surveillance du centre de traitement des déchets de Vert-le-Grand. Ce collectif regroupe une dizaine d'associations locales dont le groupe local de Greenpeace Vallée de Chevreuse. Ce collectif est fermement décidé, le cas échéant à organiser des actions locales de protestation sur le site de Vert-le-Grand.

La mobilisation a encore crue depuis, et le dossier est entre les mains du préfet qui doit donner sa réponse définitive avant la fin 2005.

La semaine dernière, lors d'une réunion publique qui a rassemblé plus de deux cents personnes à Vert-le-Grand, le maire de la commune a menacé d'attaquer en justice les entreprises qui ont commencé les travaux de la décharge sans attendre l'autorisation préfectorale.

Le groupe local de Greenpeace sera présent à une manifestation du CLISSE contre les projets de décharge et de nouveau four à Vert-le-Grand :
mercredi 17 novembre à 12h devant la préfecture d'Evry

Le groupe local invite tous ses sympathisants à se joindre à cette manifestation.

[ haut de page ]