Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

Nord Nature Arras soutient la lutte contre le projet de décharge d’Havrincourt
trouvé sur le site nord-nature.org

Le Conseil d’Administration de Nord Nature Arras, réuni le 5 janvier 2005 à la Maison des Sociétés, apporte son soutien à l’association Air Pur d’Hermies dans sa lutte contre le projet de site d’enfouissement de déchets d’Havrincourt.
Nord Nature Arras comprend le mécontentement des habitants des communes d’Hermies et d’Havrincourt qui seraient contraints de subir les nuisances de volumes de déchets très supérieurs à ceux qu’ils produisent eux - mêmes.
Elle considère que le site prévu, dans un bois et dans une Zone d’Intérêt Ecologique , Faunistique et Floristique de type 1, est mal choisi , alors que la région Nord - Pas - de - Calais est la plus pauvre de France en espaces boisés et que la biodiversité régresse de façon inquiétante.
Comme Nord Nature l’avait annoncé depuis plus de vingt ans, la région ne sait plus où placer ses déchets dont les volumes atteignent des proportions alarmantes et dont les populations refusent désormais les sites de stockage et de traitement à proximité de leur lieux de vie.
Aussi Nord Nature Arras lance-t-elle un appel en direction de nos concitoyens et notamment en direction des responsables politiques.
Nos concitoyens doivent prendre conscience de ce que la production de la plupart des objets fabriqués industriellement génère des déchets à un stade ou à un autre de leur fabrication, ainsi que lors de leur élimination lorsqu’ils sont abîmés ou démodés. Actuellement les habitants du Pas - de - Calais produisent chacun en moyenne plus de 600 kg d’ordures ménagères et assimilées par an ! Or tous les déchets ne sont pas recyclables. Dans un souci d’équilibre durable, Nord Nature Arras demande donc à nos concitoyens d’utiliser des sacs ou cabas pour faire leurs achats, de renoncer aux objets superflus ou éphémères et de privilégier les objets de longue durée.
Par ailleurs, elle appelle nos décideurs politiques à se montrer vraiment « responsables » en procédant davantage à la valorisation « matière » dans la gestion des déchets et en cessant de promouvoir la « croissance » qui se traduit en fait par une croissance des déchets et des pollutions.

[ haut de page ]