Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

Pyrénées Atlantiques
Un projet à Sauveterre de Béarn ?

trouvé sur le site de l'Alert-Béarn

TRIBUNE LIBRE
Gestion des déchets et aménagement du territoire


De nombreuses études prospectives menées notamment dans le cadre de la démarche "Pays-Basque 2010", nous ont montré que ce territoire se compose de 3 zones bien distinctes disposant d'atouts et de points faibles qui leur sont propres :
  • une zone côtière communément appelée Côte-Basque, zone réunissant drainant l'essentiel des emplois, le tourisme, constituant cependant son atout principal. En conséquence, cette zone, en voie de saturation concentre l'essentiel de la population de l'ensemble du territoire ;
  • une zone intermédiaire bénéficiant de l'attractivité de la Côte et qui voit sa population augmenter donc ses ressources s'accroître ;
  • enfin, une zone intérieure présentant de nombreux handicaps qualifiée par certains de véritable ventre mou du département.
Or, voilà que cet ensemble hétéroclite, par l'intermédiaire du Syndicat Bil-Ta-Garbi s'est donné comme mission de régler le problème des ordures ménagères.
La Côte-Basque, dont le jeu favori est la spéculation foncière menée éhontement par les particuliers, les collectivités locales, …etc. et drainant par ailleurs la plus grosse partie des crédits consacrés au développement économique, entend se débarrasser de ses déchets encombrants vers l'intérieur même à des coûts prohibitifs. Plus soucieuse de confectionner des 18 trous, elle n'en a aucun (trou) à consacrer à l'enfouissement de ses ordures.
Les communes de la zone intermédiaire, quant à elles, se débarrassent au plus vite de ce problème épineux : Bardos considère avoir déjà donné, Labastide-Clairence a cru à un gag, Bidache tout en regrettant le clivage Côte-Intérieur, entend restaurer son château, Arraute ne veut pas de décharge, …etc.
Bref, tout le monde se passe la patate chaude et il ne reste que l'Amikuse et ses alentours pour accueillir les déchets région où sont, du reste, positionnés les principaux sites pressentis par la S.O.G.R.E.A.H. pour l'enfouissement. Notons que comble d'ironie, la Commu-nauté de Communes d'Amikuse dans le cadre des réflexions menées par Bil-Ta-Garbi, s'est prononcée pour l'incinération !
Ainsi la vocation de l'Intérieur serait de devenir le dépotoir des autres zones. Ceci est significatif de la considération et de la solidarité qu'éprouvent les élus de la Côte vis à vis de l'Intérieur.
Pourtant l'un des rares atouts de ce territoire reste sa Qualité (qualité des paysages, qualité des produits) même si son principal groupe agro-alimentaire persiste à se tourner vers des circuits industriels longs à faible valeur ajoutée.
C'est ainsi que la fronde monte, que la grogne enfle, que les pétitions circulent.
Au bruit provoqué par les citoyens du Pays-Basque intérieur s'oppose le silence assourdissant des élus des grosses agglomérations de la Côte.
Il est vrai que l'un d'entre eux, ancien directeur du groupe agro-alimentaire en question, a pu compter pendant de nombreuses années sur la légendaire docilité des "braves" paysans basques.
Carton Jaune pour la plupart des délégués d'Amikuse à Bil-Ta-Garbi , qui sont sensibilisés au problème depuis 2004 et qui n'alertent la population que fin 2005.

Emile Pochelu, agriculteur, 64120 Domezain-Berraute, vendredi 23 décembre 2005

[ haut de page ]