Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

Un Centre Technique d’Enfouissement à Aubiet ?
trouvé sur le site des Verts du Gers

18 avril 2005

Les riverains et la population d’Aubiet et des villages environnants sont inquiets et une association a été créée pour lutter contre cette implantation :
Verts Vallons Vivants 32 (VVV32)
Collectif pour la Sauvegarde de la Vallée du Mouta

Les chiffres annoncés sont très importants :
  • mise à disposition de 180 ha de bonnes terres agricoles,
  • prévision d’enfouissement de plus de 100 000 tonnes d’ordures ménagères par an,
  • durée d’exploitation de 60 ans (30 ans d’enfouissement et 30 ans de surveillance).

Vue sur le site pressenti
Un tel projet pour quoi faire ?
Pour quels profits ?

Le Gers a son Plan Départemental d’Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés (P.D.E.M.A.) articulé autour des décharges existantes de Moncorneil-Grazan, Pavie et Le Houga. Ces décharges absorberont la totalité des déchets du département jusqu’aux années 2012/2013.
Alors quels déchets pourraient être enfouis à Aubiet ?
Le Gers a-t-il vocation à recevoir le déchets de la métropole régionale ?

Certes Aubiet paraît bien placé puisque relié à la Haute-Garonne par l’itinéraire à grand gabarit. qui pourrait permettre au défilé de camions nécessaires pour transporter les 100 000 tonnes prévues chaque année de circuler avec une rentabilité maximum.
Car il ne peut s’agir ici que de rentabilité. Les ordures ménagères qui deviennent une charge quasi insurmontable pour les finances locales et les contribuables, sont l’objet des convoitises des privés. Avec des projets pharaoniques ils espèrent bien exploiter cette nouvelle mine d’or... inépuisable.
Inépuisable ? En tout cas aussi longtemps que notre société de consommation et de gaspillages continuera.

L’emballage est aujourd’hui source de profit à tous les étages... sauf pour le consommateur. Il produit des bénéfices lors de sa conception, lors de sa mise en œuvre en tant que support publicitaire notamment et désormais lors de sa récupération et de son stockage en décharge.
Qui osera y toucher ?

Sans une prise de conscience, bien longue à venir les citoyens étant occupés à autre chose (voir les déclarations de Patrick Lelay...), il ne faudra pas s’étonner que nos campagnes soient défigurées par des investisseurs sans scrupules.

Notre responsabilité, notre rôle de Verts, est ici de sensibiliser chaque fois que l’occasion nous en est fournie. Il en va ainsi pour les déchets, pour l’eau, pour les pesticides, pour le réchauffement de la planète, etc.
Il n’en demeure pas moins qu’avertis depuis plusieurs semaines déjà du risque immédiat qui plane sur Aubiet et ses environs, nous invitons toutes celles et tous ceux qui pensent que le Gers ne doit pas devenir une poubelle à se mobiliser pour aider VVV32 à faire face à cette menace.
C’est dès maintenant qu’il faut se mobiliser.

Verts Vallons Vivants 32 propose deux réunions d’information :
  • vendredi 22 avril 2005, à 20 h 30, au Foyer Rural d’Aubiet,
  • jeudi 28 avril 2005, à 20 h 30, salle Dubarry à Gimont.
Nous sommes soucieux de protéger notre environnement, notre département, ce coin du Gers qui entend bien continuer à vivre de ses ressources naturelles : agroalimentaire et tourisme notamment, nous nous battrons aux côtés de VVV32.



6 septembre 2005

Une nouvelle fois Vincent Labédan, Laurent Estang et toute leur équipe ont fait une démonstration de force et de sérieux.
Ce sont plus de 350 personnes qui ont répondu à leur appel, parmi lesquels de nombreux élus, venus leur apporter leur soutien face à la menace de voir un 120 000 tonnes annuelles de déchets apportés par une cohorte de camions venus on ne sait d’où (de chez nos voisins toulousains peut-être ?).
Comme le déclarait Vincent Labédan : "On doit rester vigilant car, souvent, dans ce genre d’opération, les riverains sont mis devant le fait accompli. Ce qui heureusement n’est pas notre cas, puisque nous avons eu l’information de manière inattendue".
Les co-présidents rappelaient l’utilité du combat : "On est dans la lignée du succès des réunions publiques organisées à Aubiet puis à Gimont. Pas question de lâcher le morceau face à ce projet dont on ne veut pas. Tout au contraire, nous entendons proposer des solutions à partir de réflexions sur la gestion des déchets, le développement durable, la politique de l’environnement dans son ensemble".
C’est ce qu’ils ont démontré tout au long de ce dimanche. Après que le cortège ait effectué le tour du site avec à sa tête une banda chargée de l’animation, chacun pouvait déguster un apéritif offert par l’association.

un long cortège autour du site
Puis pique-nique "Zéro déchets" qui a fait s’interroger chacun sur l’utilité des emballages. On a pu voir quelques paniers d’osier prouver qu’ils pouvaient encore avoir un avenir.
Suivait ensuite un spectacle proposé par la "Compagnie du 4" qui, par des sketches ou des airs allant du classique au rap, ont su captiver l’auditoire bien mieux que ne l’auraient fait de longs discours.

Tout au long de cet été, VVV32 a su motiver ados et enfants des écoles sur le thème de l’environnement. Rien n’a été oublié, pas même de récompenser celles et ceux qui ont réalisé des banderoles.
Un grand bravo aux organisateurs pour le message qu’ils ont fait passer tout au long de cette journée.
Ils sont vigilants, nous le serons avec eux... Nous avons quelques contacts dans la région toulousaine et dès que le moindre frémissement se fera sentir nous ne manquerons pas de les alerter.

Lors des réunions d’Aubiet et de Gimont des assurances ont été données par les responsables gersois, le département étant pourvu de décharges jusqu’en 2012. Espérons que le problème de l’après 2012 soit rapidement résolu, afin que nul ne soit tenté de trouver l’éventuel C.T.E. d’Aubiet comme une solution de facilité.
D’autant que les difficultés rencontrées actuellement sur la décharge de Moncorneil (nuisances, lixiviats, dépôts interdits, dépôts en dehors des horaires d’ouverture) risquent d’encourager des élus à trouver une solution vers le privé tout heureux de l’aubaine.
Vigilance donc !

Michel Bordes

[ haut de page ]