Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
  voir leur site

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

Le projet de décharge de Ronsenac inquiète la population
texte trouvé sur le site du quotidien Charente Libre

La méthode discrète des initiateurs du projet provoque l’émoi. Une association de défense, baptisée "AVEC", vient de se constituer à Montmoreau.
Une décharge de 150.000 tonnes sur une surface de 150 hectares, c’en est trop pour les habitants des cantons de Villebois et de Montmoreau. Du moins pour ceux, directement riverains, des communes de Ronsenac, Chavenat, Juillaguet ou encore Vaux-Lavalette, qui ont découvert un beau jour qu’une décharge allait être implantée à leurs portes.
Au-delà du projet lui-même, qui a de quoi interroger, c’est la façon dont il est conduit qui irrite passablement dans le landerneau. Car les initiateurs avancent masqués, sans dire de quoi il retourne concrètement.
«En fait, résume Bruno Cournil le président de l’association de défense AVEC, qui s’est constituée samedi, tout a démarré de façon anodine au mois d’août 2000 quand 150 propriétaires du secteur ont reçu un courrier d’une société Géodève, de Gargenville, dans les Yvelines, leur demandant leur aval pour procéder à des carottages sur leur terrain, dans le but de trouver de l’argile. L’affaire serait passée inaperçue si lesdits carottages, dûment pratiqués dans un bois de la commune de Chavenat, au lieu-dit «Les Charbonnières» n’avaient attiré l’attention du garde- champêtre de Ronsenac». Ce bois de pins, ravagé par la tempête de décembre 1999, est partagé entre plusieurs propriétaires, que Géodève contacte les uns après les autres. La rumeur court vite: mais aucun élu du secteur ne se dit au courant de la démarche entreprise. Interrogé, Lionel Patrier, le directeur de Géodève, indique intervenir pour le compte d’une société Sotrival, filiale de la société Surca, qui gère le centre de traitement de déchets de Clérac (Charente-Maritime). Surca qui est elle-même une filiale du groupe Suez-Lyonnaise des Eaux.

Décharge de classe 2
L’objectif de Sotrival-Surca est enfin révélé, dans un courrier adressé le 13 mars dernier seulement au conseiller général de Villebois-Lavalette Pierre Sallée: il s’agit de réaliser à Ronsenac une décharge de classe 2, c’est-à-dire pour «ordures ménagères et déchets banals». «On craint en fait que cela ne soit un CSDU, un centre de stockage de déchets ultimes» avance Bruno Cournil, inquiet de la méthode employée par Sotrival-Surca: «Ils contactent les propriétaires, les incitent à vendre leur terrain, et une fois qu’ils auront la maîtrise foncière, il sera trop tard pour empêcher quoi que ce soit». Contactée par les nouveaux responsables de l’association AVEC, créée samedi à Montmoreau (Association pour la Valorisation de l’Environnement en Charente et dans les environs), la préfecture, par la voix de Mme Haye-Guillaud, a répondu par courrier n’être en possession d’aucune demande d’autorisation relative à ce projet.
Sans attendre, le comité de défense monté dans l’urgence il y a trois semaines a déjà alerté tous azimuts et recueilli 3.651 signatures contre ce projet ! Et samedi, AVEC, qui prend le relais de ce comité, a engagé la riposte de façon très organisée.
En installant des «personnes relais» dans chacune des communes des deux cantons concernés, pour afficher, collecter et transmettre les informations, suivre les réunions de conseils municipaux, en identifiant chaque propriétaire contacté par Géodève, en sollicitant les équipes municipales pour qu’elles délibèrent contre le projet (ce qu’ont déjà fait les communes de Gurat et Chavenat), en continuant de faire circuler les pétitions, et en les envoyant à l’administration, aux parlementaires et à la presse... «Il semble que ce projet concerne une décharge de 30.000 tonnes. C’est un volume qui n’est pas viable, estime Bruno Cournil, on pense plutôt à un volume de 150.000 tonnes, d’autant que juste à côté du lieu envisagé, se trouve une autre décharge de classe 3, qui accueille les gravats, et que l’on pourrait facilement joindre à la nouvelle. Les décharges actuelles de la Pinotière à La Couronne et de Poullignac doivent fermer en 2002, on comprend pourquoi il est urgent de trouver un autre site. Eh bien, ça ne se fera pas chez nous». Association AVEC, tel: 05.45.67.19.25.

[ haut de page ]