Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
  voir leur site

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

Eschwiller : déchets, décharges et incinérateur
texte trouvé sur le site de Alsace Nature


L'arrêté préfectoral en date du 4 octobre 1996 autorisant l'exploitant de la décharge d'Eschwiller à multiplier par 5 les apports annuels de déchets et à étendre le périmètre de collecte à 50 km, nous a amenés à réagir auprès du Préfet du Bas-Rhin.
L'exploitant justifie cette extension pour des raisons de rentabilité du site et l'administration accepte de considérer les déchets comme un produit industriel quelconque qui répond à la logique du "toujours plus". Toujours plus de déchets pour rentabiliser les exploitations de décharge ou d'incinérateurs alors qu'il s'agit de passer dans la logique inverse qui consiste prioritairement à réduire les quantités de déchets à la source. Dans ce contexte, on voit mal comment, dans les années à venir, les pouvoirs publics vont mettre en place les moyens pour une gestion des déchets compatible avec les exigences de protection du milieu naturel et de la santé publique. Par ailleurs, les conditions d'exploitation du site d'Eschwiller laissent apparaître des manquements graves au titre des articles 32 et 33 de l'A.P. du 3/3/93 qui précise que "les lixiviats seront évacués dans des stations de traitement appropriées en échange d'un bon de réception du responsable".
Lors d'une entrevue avec les responsables du site, MM. Lorin et Ramillon, ces derniers nous ont affirmé faire traiter ces lixiviats à la station d'épuration du Sivom de la vallée de l'Isch, sise à 200 m de la décharge. Ces affirmations ont également été reprises au téléphone par l'Inspecteur des Installations Classées. Or, selon le Président du Sivom, "aucun effluent provenant de la décharge d'Eschwiller n'y a jamais été traité, d'autant Que ces installations ne possèdent pas la capacité de traiter des lixiviats de décharge".

La situation est très grave : ni l'exploitant, ni les services administratifs compétents en la matière ne sont en mesure de nous fournir des explications, encore moins des documents attestant d'un quelconque traitement ! Nous craignons qu'ils n'aient été rejetés dans le milieu naturel, ou y a-t-il eu un quelconque trafic pour les faire disparaître ? Aux dernières nouvelles, la communauté des communes d'Alsace Bossue a adhéré à un syndicat type SMICTOM de la Moselle Est. Objectif du syndicat : construire un incinérateur ! De nombreuses actions sont en cours pour informer les habitants de la région et pour nous opposer avec force à ce projet.
Gilbert QUIRIN
Président de l'Association de Sauvegarde de la Vallée de l'Isch.

[ haut de page ]