Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
voir sur le site

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

De l'exemplarité à l'absurde !
Dany Dietmann, Maire de Manspach, Alsace - août 2002

Chers Amis, la presse refusant de faire état de cette situation révoltante, faites de ce texte le meilleur usage. Merci à vous.

Depuis 1992, cela fait dix ans qu'à Manspach ainsi que dans toutes les communes de la Communauté de Commune de la porte d'Alsace, les citoyens ont été régulièrement sollicités pour trier, composter, réduire la masse de leurs ordures, pour diminuer l'impact environnemental de leurs déchets ménagers, en terme de transports routiers, de pollution atmosphérique, et de pollution souterraine des nappes aquifères.

Dix ans d'efforts bénévoles enfin valorisés par la mise en œuvre de la pesée embarquée et la chute des coûts du service de ramassage pour toutes celles et tous ceux qui s'étaient investis dans cet effort éco-citoyen, dix ans durant lesquels la masse des ordures ménagères est passée de 370 kg par habitant et par an (moyenne nationale) à 77 kg de déchets ultimes par habitants et par an. En réduisant ainsi la masse des déchets non triés par 4, les populations ont donné un superbe exemple de civisme et de respect des générations futures.

Malheureusement, dans un contexte politico-économique où tout est axé vers l'inéluctabilité suicidaire de la croissance, cette réduction d'ordures et de coût de fonctionnement , réduit les gains industriels en terme de transports routiers et de traitement, rend les usines d'incinérations trop grandes pour ce qu'il reste à brûler (9 usines d'incinération en Espagne où le tri est pratiqué et 293 en France !), modifie le comportement des consommateurs devant les rayons de supermarchés, remet en question le marketing des emballages.

Alors que l'écrasante majorité des ménages avait atteint l'excellence civique au meilleur prix, voilà que l'on décide de lui imposer le retour à la médiocrité au prix fort en lui demandant de remélanger les déchets pour augmenter la masse de la pesée embarquée, satisfaire à la croissance du nombre de camions sur les routes, améliorer le remplissage et la combustion des fours des usines d'incinération, augmenter la pollution atmosphérique et l'effet de serre, et comme à Albertville, accentuer la contamination de l'environnement agricole par les dioxines et les furanes cancérigènes, pour ponctionner au final plus d'Euros dans les bourses des ménages; c'est absurde.

[ haut de page ]