Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

1986 : séisme à Tanarès !
Articles Midi Libre et La Dépêche du 17 janvier 1986

MIDI-LIBRE :
Saint-Pons-de-Thomières
La terre a tremblé à deux reprises
Un mini-séisme a secoué la région de Saint-Pons-de-Thomières (Hérault), dans la nuit de mercredi à jeudi. D'une faible intensité (3,5 sur l'échelle de Richter), il n'a causé aucun dégat. Mais rétrospectivement les habitants ont eu une belle frayeur.
Hier matin, on ne parlait que de ça dans la cité du Somail. Le phénomène avait été nettement perçu par le laboratoire de détection géologique de Marseille. Les sismographes ont noté, avec précision, le déclenchement et l'amplitude du tremblement de terre.
Son épicentre s'est situé au hameau de Roulio, sur la commune de Riols. Il a été ressenti sur un rayon de 15 à 20 km. Les deux secousses se sont produites à espace rapproché : 22h40 et 23h20.
Pour les uns, "cela ressemblait à un avion passant le mur du son". Pour d'autres, comme ce restaurateur de Saint-Pons qui avait déjà vécu deux tremblements de terre au Maroc, cela rappelait plutôt un coup de tonnerre : "J'ai entendu un gros boum, puis un autre, plus sourd. Je suis monté sur la route, voir s'il n'y avait pas un accident. On pensait à un avion qui se serait écrasé dans la montagne".
La véritable origine de ces explosions mystérieuses n'a été connue que jeudi matin, provoquant l'incrédulité puis la surprise des populations. De mémoire de Saint-Ponais, la terre n'avait jamais tremblé dans cette partie de l'Hérault.


- en bleu, la faille d'Ardouane
- en jaune, la digue de retenue des déchets
- en rouge vif, le contour du projet
- en brun, les arcs de cercle matérialisant
les distances de Roulio: 1 km et 2 km.

LA DEPECHE :
Labastide-Rouairoux
La terre a tremblé !
Incroyable mais vrai, la terre a tremblé dans le Tarn. Plus exactement à Labastide-Rouairoux, mercredi soir, vers 23h50. Rien de bien grave, cependant, puisque les sapeurs-pompiers n'ont reçu aucun appel de détresse. Mais un tremblement de terre suffisamment fort pour secouer quelques vitres et quelques lampadaires et dont l'épicentre a été déterminé à Saint-Pons, dans l'Hérault, par les sismographes de la station de contrôle de Marseille. Des sismographes qui ont permis de situer l'intensité du mouvement à 3,5 sur l'échelle de Richter, soit un gros "bang" d'avion. Autrement dit, un frissonnement de la croûte terrestre essentiellement remarquable pour s'être produit dans une zone répertoriée comme habituellement calme. Mais qui s'expliquerait cependant pour être située à proximité de la faille de la Montagne Noire. Une fracture venue comme la dernière phase du plissement pyrénéen qui a d'ailleurs fait ressurgir la Montagne Noire. Une faille qui va de Saint-Ferréol à Mazamet et qui se perd en se compliquant sous Saint-Pons. Un phénomène donc exceptionnel qui vient cependant rappeler que, pour être éloigné des zones sensibles en matière de séismes, les régions centrales du pays n'en sont pas pour autant à l'abri.

[ haut de page ]