Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint- Ponais ?
 

[ retour au sommaire ]

Qualité de l'eau: Atteindre le bon état écologique d'ici 2015.
article paru dans Septimanie (journal du conseil régional du Languedoc Roussillon) - janvier 2005

C'est voté !
Assemblée régionale du 10 décembre 2004

Affaire n° 12
QUALITE DE L'EAU: Atteindre le bon état écologique d'ici 2015. Un programme régional échelonné.

Le problème de la qualité de l'eau est désormais, outre une affaire régionale, un enjeu et un programme européen, dont l'échéance est 2015.
En effet, depuis le 23 octobre 2000, les pays de l'union européenne par le biais de «la directive cadre sur l'eau», s'engagent dans un objectif de reconquête de la qualité de l'eau et des milieux aquatiques. Le Conseil régional Languedoc-Roussillon /Septimanie aussi. Le domaine d'étude et d'analyse qui lui incombe correspond à trois grands bassins hydrographiques: Rhône et côtiers méditerranéens, Adour-Garonne et Loire-Bretagne. La directive échelonne son plan d'étude et de gestion sur 15 ans. Elle impose trois objectifs aux acteurs partenaires au programme: obtenir des résultats en terme d'impact sur l'environnement, prendre en compte le cadre socio-économique, et permettre au public de participer à la concertation. Côté planning, un état des lieux est déjà attendu pour fin 2004, un programme de surveillance d'ici 2006 et la modification du schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux national (SDAGE) pour 2009.
Les services du Conseil régional ont été fortement associés au projet d'état des lieux: il diagnostique l'état actuel des masses d'eau et estime pour chacune le risque de non atteinte du bon état écologique en 2015.
Un programme de travail dans le cadre de la future révision du SDAGE a été également élaboré pour chaque bassin entre les comités de bassin, les services de l'agence de l'eau et le Conseil régional. Les points extrêmement positifs à ce stade de la réflexion sont la reconnaissance des enjeux économiques, du risque inondation, de notre zone littorale et surtout, la prise en compte de l'avis du public. Les élus de la majorité, favorables à ces programmes de travail, ont exprimé le souhait d'insister sur l'importance d'une meilleure intégration des politiques d'aménagement du territoire et de définir une politique régionale de l'eau, qui viendra conforter les grandes compétences de la Région.

[ haut de page ]