Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
 

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

Allez voir chez les Grecs
Gerbas, février 2005

Attends, tu connais le sketch ?
Dans les Hauts Cantons de l'Hérault, on est plus forts que tout le monde ! On t'a mis au point l'élu tout-en-un ! Si si ! Le candidat-miracle ! Mieux qu'à la télé : le produit à tout faire ! Le politiqunique ta mère ! Gratos : même si t'en veux pas, du multicartes, on te le fourgue quand même !
Putaragne, des fois on ferait bien de regarder dans le rétro : l'Histoire, la grande, c'est aussi hygiénique que de se brosser les dents. Juste pour nous rappeler que l'humanité va pas forcément toujours dans le bon sens, du très pire vers le pas pire. Bien inspirés qu'on serait de tirer les leçons du passé. Ça devrait être obligatoire dans la musette de tout candidat à l'élite des élus. Mais ce qui date, on l'oublie...
Té, les anciens Grecs, par exemple : ils avaient une méthode particulière qui consistait à bannir un politique qui devenait trop encombrant. Zou, ostracisé. Pas excisé, non, on est pas des brutes, juste ostracisé. L'assemblée du peuple vote le bannissement. Pof. On lui coupe les mandats. Comme Thémistocle. Il s'appellerait Mesquitocle ou Vangelis Kleberopoulos, même punition, même motif : exclu de la ville pendant dix ans. Bingo. Attention, c'est pas une sanction infamante, le banni conservait tous ses biens, on est pas des affameurs. Juste une mesure préventive.
On te dira, c'est de l'histoire ancienne, c'est périmé. Pensa-te, au contraire, c'est là que les Athéniens nous atteignent. Regarde : maintenant la mode c'est la "cumul attitude". Et que je te concentre tous les pouvoirs à tous les échelons, et que je te brigue ceux qui me manquent. Et que je te réclame celui qu'on a oublié de me mettre de côté. Et que j'ai tous les jokers de l'avenir du pays. Tu parles d'une carte de visite, c'est plus un bristol, c'est le calendrier des postes ! T'imaginerais, toi, une équipe de rubi où y aurait qu'un gus qui ferait à la fois entraîneur, impresario, demi de mêlée, buteur et trois-quart aile ? et président de club ? et pompon girl à la mi-temps ? (et trésorier, pardi) Ou le produit- miracle qui fait briller les cuivres, dégraisse le filtre à gasoil, dégomme les taupes, enlève les verrues, te décape les chiottes et se sirote en infusion ?
T'as vu ça où toi ?
Cumul : système qui brille par son opacité.
Attends, c'est même pas l'histoire qu'il peut ou qu'il peut pas. Le mec, y serait compétent, ce serait pareil. Un compétent qui en fait trop, il dépasse son niveau de compétence et atteint son seuil d'incompétence (c'est pareil). C'est le fameux paradoxe du Mesqui... du Mexicain : plein de casquettes et ça l'empêche pas de choper des coups de soleil. Qu'il te chope la castapiane et voilà le pays sous antibiotique.
Il se sent plus pisser et c'est la nappe phréatique qui trinque. Moi, je dis : un homme, un mandat. Je trantouille pas de là. Tu te présentes, t'es élu, va plan. Tu choisis. Tu te soumets ou tu te démets. Ça fera de la place pour les autres. Des chômeurs en moins. De nouveaux talents. Des visions neuves. Du débat d'idées. De la confrontation. De la créativité. Y en avait en trop dans les Hauts Cantons ou quoi ? Ça veut dire quoi, un type qui est si tellement absolument indispensablissime qu'il y a pas un seul pélot dans tout le diocèse pour le représenter ? Les cumulards, ça me dépasse. Ça dépasse les bornes KM (kilométriques).
Non au cul nul d'Amanda. Au cumul des mandats, je veux dire.
Tu te souviens comment ça s'appelle, un type qui concentre tous les pouvoirs ?
Caudillo, Calife, Duce, Führer, Conducatore, Lider Maximo, César, Grand Timonier, Su Eminenza, Maréchal, Père des peuples, Big Brother, l'Histoire est truffée de ces Grands Saltimbanques Omnipotents qui se sont réveillés un matin indispensables. D'accord, c'est pas la même échelle. Ecoute : la seule différence, c'est l'échelle. Comprends que les petits chefs, ils feraient comme les grands chefs s'ils pouvaient. Seulement, ils peuvent pas parce qu'ils sont petits. Les petits chefs, ça fait des chefs petits. C'est tout.
Bien sûr, ça se fait pas tout seul. Le petit potentat a besoin de petits potes en tas. Même avec ses vices cachés il serait rien sans sa clientèle : il faut des complices, des comparses, des compères, des qui gravitent autour en guettant les miettes comme ces piafs qui vont becqueter les parasites sur le dos des rhinocéros. Cirecul , peignebottes, je mélange, m'en fous, tu feras là où on te dira de faire.
Tu te sens visé ? Y a pas de quoi. Vérifie juste que ton meilleur ami du moment n'est pas à la fois maire, conseiller général, député, président de communauté de communes, rapporteur de commissions, président d'un centre de formation d'élus locaux, président de parc, de machin, vice-prez de partout, secrétaire de patin-couffin et une douzaine d'autres prébendes...
C'est plus un élu du peuple, c'est un couteau suisse ! Té, ça ressemble à quoi cette élection avec un candidat unique auto-proclamé dont on connaît le résultat par avance ? Ceux qui se servent du suffrage universel comme de papier hygiénique, faut pas s'étonner qu'ils pataugent dans les maires de Frèche...
Après tu comprends qu'on a des bleus à la république, mal à la démocratie, qu'on descende dans la rue: le dernier espace démocratique qui nous reste. Si les camions freinent...

Enfin bon, les Grecs, 25 siècles après, ils nous ont laissé l'Acropole, le Parthénon, l'assemblée du peuple, la politique, Euripide, Sophocle, le Périclès, les peintres, les sculpteurs, Phidias...
Chez nous, faudra pas trop se lamenter qu'un système aussi pourri engendre que des parcotrafiquants et des saloperies: nous autres dans tant d'ans, qu'est-ce qu'on aura laissé ici comme héritage de notre civilisasse à deux balles ? Un étron artificiel de millions de tonnes de déchets en forme de montagne.

Le Parc mis à sac...
Le Haut-Mesquidoc, c'est cradoc.
Reviens Thémistocle, ils sont devenus fous!

GERBAS

[ haut de page ]